Tags et graffitis à Tunis





MAJ le 04/05/2016

Nous on avons parlé dans Wled El Banlieue dans un précédent article.
Depuis, ça n’a pas changé... Le constat est même encore plus alarmant.

Le tag envahi nos villes…


Le tag anarchique prend de l’ampleur dans la capitale... Du côté de la banlieue sud comme de la banlieue nord, dans de nombreuses villes du grand Tunis, les bombes de peinture (peinture en aérosol) et les marqueurs font un désastre, salissent les villes, gâchent le paysage...

Sans commentaire..

Ce n’est même pas du tag, c’est des écritures, laides, sales, anarchiques, œuvre d’une bande de voyous, et c’est le cas de le dire...
Les murs des gares et des stations, les véhicules de transport public, les panneaux publicitaires, les.., les…Tout est sali par une bande d’irresponsables au mauvais goût.

L’ampleur de ce phénomène nouveau dans nos villes nous pousse à tirer la sonnette d’alarme.
Mais pour qui se prennent les auteurs de ces actes ? Pour des graffeurs ?? Ils sont très loin de l’être...

Ces actes de vandalisme doivent stopper. Il est temps que ça s’arrête… il est temps que ça change…


Le graffiti est un art


L’un des symboles de la culture urbaine, le graffiti est un art. Un art qui a ses règles…
 

Graffiti en 3D

Un tag ou un graffiti laid et mal placé comme en on voit aujourd’hui dans certaines villes de Tunis et ses banlieues est un intrus indésirable, qui harcèle notre vue, nuit au bon goût. Il faut savoir que pour être un bon taggueur ou graffeur, faire de bon graffitis, il faut connaître certains principes.

Pour faire un graffiti, il faut savoir préparer son tableau, imaginer, réfléchir à son message, choisir le style, les couleurs, les formes..
Il faut le dessiner sur papier, pour l’évaluer, le maîtriser, s’entraîner sur ses courbes et ses formes, maîtriser ses mouvements lors du dessin à grande échelle…

Et sur terrain, la première règle de base : il faut savoir choisir le lieu adéquat pour exposer son œuvre.

Graffeur à l'oeuvre

Un hangar abandonné ou un mur qui clôture un terrain non bâti, loin des lieux d’agglomération est des centres villes peuvent être de meilleurs endroits pour pratiquer la passion du graffiti, et faire du vrai art. Il est également possible de faire du graffiti sur toile. Plus propre, le graffiti sur toile offre en plus l’avantage de pouvoir être transporté pour être affiché là où on le désire.

Et si le graffiti était reconnu en Tunisie ?


New York, Tokyo, Barcelone, Paris, Berlin… Le graffiti est un art reconnu en occident et présent quasiment dans toutes les grandes villes du monde. Aux Etats-Unis, comme en Europe, les meilleurs graffeurs sont des professionnels sollicités par les marques, les artistes, participent à des festivals et des manifestations culturelles…

L'art du graffiti exploité en décoration


Résultat de notre ouverture sur la culture occidentale, le graffiti s’est introduit en Tunisie. Une introduction qui reste timide.
Récemment, le graffiti commence peu à peu à être reconnu comme discipline artistique, fait son introduction sur certaines scènes comme ici, mais nous n’avons pas de grands graffeurs tunisiens, mis à part MEEN et SK-ONE .

Reconnu, comme c’est le cas dans les pays occidentaux, l’art du graffiti serait mieux encadré, maîtrisé, et sortirait du cadre sombre dans lequel il se trouve aujourd’hui.

Graffiti entre Radès et Ezzahra - Banlieue Sud de Tunis

Ainsi, les dérives et les mauvaises pratiques du tag anarchique laisseront place à l’innovation, à l’imagination et à au bon goût artistique des jeunes banlieusards tunisiens amateurs de cette discipline à part entière.

Et si les municipalités et les maisons de jeunes faisaient un effort pour tenter d’encadrer les graffeurs, ne serait-ce pas une bonne idée... ?

Réserver des lieux dédiés à la pratique de l’art du graffiti pourrait être une très bonne alternative. Des lieux où les jeunes graffiteurs pourraient se retrouver, s’échanger les idées et les compétences, pourquoi pas être encadrés et formées dans cet art qui constitue incontestablement une des composantes de la culture urbaine.

Et pourquoi pas une compétition qui récompenserait le meilleur graffeur tunisien… ?

Concours de Graffiti par Wled El Banlieue


Wled El Banlieue montre la bonne voie.
Wled El Banlieue organisera très bientôt un concours pour le meilleur tag et le meilleur Graffiti…

Des graffitis qui ne seront pas faits sur les murs et les biens publics. Nous sommes responsables, et nous condamnons des actes de vandalisme qui salissent les paysages de nos villes, nuisent à leur beauté et à leur image.


Ça se passera sur vos PC. Avec des logiciels pour de vrais artistes graffeurs.
Et là, nous connaîtrons les vrais talents tunisiens du tag et du graffiti.

Attendez nous... Bientôt... Très bientôt !

MAJ: Lancement du Jeu Concour du meilleur Graffiti par WLED EL BANLIEUE.
Lire aussi l'article: Graffiti en Tunisie : le cas Zwewla


Tous les articles de la rubrique Graffiti


8 commentaires

Anonyme a dit…

je voudrai savoir si vou pouver menvoyer une boite de graff svp (gratuit)

Anonyme a dit…

La moindre de choses serait de crediter, les photos utilsées dans votre article, le fauteuil chez ADIDAS a été customisé par Jaye et Nilko en 2009 .
et pour Info Jaye a realisé Son premier garffiti en tunisie en 1995 photo a l'appui .
et pour finir Merci aux graffeurs qui viennent en tunisie pour realiser la photo de Ben Ali .

Anonyme a dit…

Si les graffitis sont dans les villes c'est pour s'opposé au gris des façades et contre la société dont vous faites surement partie , celle de la consomation et de l'égoïsme ainsi que de l'enrichissement des riches.le graffitis à sa place en ville et nulle part ailleurs et il serra tjrs là tant que la vie est aussi pervertie.

Anonyme a dit…

Je suis d'accord avec toi, troisième anonyme, les vrais graffitis amènent vie et couleurs sur les parois grises et tristes des villes.
Je ne parle pas là des signatures de crew souvent moches, mais bien de epinture sur mur. Cet art est peu à peu pris au sérieux, des graffeurs sont même sollicités et parfois payés...
Vive les graffs plein d'idées, au graphisme impressionnant, vive les graffs engagés cachés un peu partout, intrigant de plein fouet les esprits où stress, dégout et tristesse reignent!

graffeur nesk a dit…

Je ne dirai pas que le graffiti n'a sa place qu'en ville, je dirai qu'il a sa place là où il ne l'a pas, d'où l'intérêt actuel de le mettre en intérieur, en galerie etc. C'est aussi ce qui lui a permis d'envahir les villes où l'anonymat, la sagesse et le neutre sont les valeurs maîtres, l'univers du blanc cassé ...

Anonyme a dit…

Tu parles des graffitis, les tags aussi servent à faire passer un message et avec le matos qu'on a ici il est clair qu'on peut pas faire facilement quelque chose de convenable laisse un peu de temps à ce mouvement et tu verra qu'il prendra de l'ampleur.
Les tags vandale diffusent un message et se font sur les panneaux publicitaires et les biens publics et j'espère qu'ils continuerons de fleurirs tout en esperant qu'ils s'amélioreront au plus vite

Anonyme a dit…

graffiti ma sauver la vie.

Anonyme a dit…

Y a t il des club de graffitis sur Tunis ?

Fourni par Blogger.